Thérapies cognitivo-comportementales ou TCC

Tags : En quoi consiste les TCC ou thérapies congitivo-comportementales ? - Que sont les TCC ou thérapies congitivo-comportementales ? - Quels sont les objectifs des TCC ou thérapies congitivo-comportementales ? -

Si vous ou quelqu’un à qui vous tenez, éprouver un problème émotionnel, il ne tardera pas à vous entendre dire que la thérapie cognitivo-comportementale, ou TCC, est probablement la meilleure psychothérapie à suivre. Les recherches ont démontré que la TCC est utile pour régler toutes sortes de problèmes, y compris l’anxiété, la dépression, l‘insomnie, la douleur, la colère, les problèmes sexuels, et la liste est encore longue. Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Réponse.

Qu’est-ce que les Thérapies cognitivo-comportementales ou TCC ?

La TCC est probablement mieux comprise par ce qu’elle essaie d’accomplir. Comme son nom l’indique cette thérapie s’appuie sur les problèmes qui se développent comme conséquence des modes de pensée (cognition) et de comportements acquis, et que l’apprentissage de nouveaux modes de pensée et de comportement aura des impacts plus utiles sur les émotions que sur le bien-être.

L’élément cognitif de la TCC fait référence à nos pensées, à nos images mentales, à nos discours et à nos croyances fondamentales sur nous-mêmes (je vais bien ou non), les autres (ils sont généralement amicaux ou non) et le monde qui nous entoure (l’avenir est brillant ou non).

Plus nos pensées seront menaçantes (je vais être critiqué), plus nous serons anxieux. Plus nous croyons que l’avenir est désespéré (ce n’est pas la peine), plus nous nous sentons déprimés. Plus nous croyons fermement que les choses devraient être différentes (le monde ne doit pas être ainsi !), plus nous serons frustrés et en colère.

Notre façon de penser est guidée par ce à quoi nous prêtons attention (tendance à nous concentrer sur les choses négatives ?), la façon dont nous interprétons ce qui se passe autour de nous (voir le verre à moitié plein ?) et les expériences dont nous sommes le plus susceptible de nous souvenir (comme les moments où les choses ont mal tourné plutôt que ceux où tout allait bien).

De temps en temps, nous utilisons tous des styles de pensée particuliers qui peuvent nous attirer des ennuis. Nous sommes « catastrophistes » quand nous exagérons les choses (les choses sont rarement si mauvaises). Utiliser des mots comme « jamais » et « toujours » est un bon signe que nous pensons d’une manière trop généralisée (la plupart des mauvaises choses arrivent quelque part entre jamais et toujours).

Il est important de se rappeler que les pensées sont, eh bien, juste des pensées. Ce ne sont pas des faits immuables.

La plupart des pensées que nous avons tout au long de la journée sont des courants aléatoires de conscience qui sont simplement le résultat de l’esprit créatif. Et beaucoup de gens peuvent interpréter exactement la même situation de différentes manières. C’est pour régler cette façon de pensée qu’est né la TCC.

Les sous-types de la thérapie cognitive ou TCC

Voici les types de thérapies cognitivo-comportementales les plus courantes et les plus connues  :

  • Thérapie d’acceptation et d’engagement ou REBT
  • Thérapie comportementale ou CBT
  • Analytique cognitive ou TCA

REBT : la thérapie d’acceptation et d’engagement 

Ceci est basé sur la croyance que nous avons tous des ensembles de croyances très rigides, et peut-être illogiques, qui peuvent nous rendre mentalement malsains. Il apprend au patient à reconnaître et à repérer les croyances qui pourraient lui causer du tort et à les remplacer par des croyances plus logiques et plus souples.

Thérapie cognitive analytique (TCA) 

 Il s’agit d’une autre forme de thérapie cognitive qui combine certaines des idées de la thérapie cognitive avec l’approche plus analytique de la psychothérapie psychodynamique. Le client et le thérapeute travaillent ensemble pour examiner ce qui a entravé les changements dans le passé, afin de mieux comprendre comment aller de l’avant dans le présent. Il a été fondé par le Dr Anthony Ryle dans les années 1970. Les séances de thérapie explorent le passé et l’enfance du patient et déterminent pourquoi des problèmes sont survenus. Ils examinent ensuite l’efficacité de tout mécanisme d’adaptation actuel que le patient peut avoir et l’aideront à trouver des moyens de l’améliorer. Le travail est très actif. Des diagrammes et des esquisses écrites peuvent être créés pour aider à reconnaître et à remettre en question les vieux schémas et mécanismes d’adaptation qui ne fonctionnent pas bien, et pour fournir des mécanismes révisés. Il existe une organisation professionnelle connue sous le nom d’Association for Cognitive Analytic Therapy (ACAT) avec de nombreuses explications sur la thérapie sur son site Web 

CBT ou la thérapie comportementale

L’expression  » thérapie cognitivo-comportementale  » (TCC) en est venue à être utilisée pour désigner la thérapie comportementale, la thérapie cognitive et la thérapie qui combine ces deux approches. L’accent mis sur le type de thérapie utilisé par un thérapeute peut varier selon le problème traité. Par exemple, la thérapie comportementale peut être l’élément principal du traitement de la phobie ou du trouble obsessionnel-compulsif (TOC) parce que le comportement d’évitement ou les actions compulsives sont les principaux problèmes. Pour la dépression, l’accent peut être mis sur la thérapie cognitive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *